Design art deco

Design 1970 Willy Rizzo Petite Etagere Chrome Dore Et Verre

Design 1970 Willy Rizzo Petite Etagere Chrome Dore Et Verre
Design 1970 Willy Rizzo Petite Etagere Chrome Dore Et Verre
Design 1970 Willy Rizzo Petite Etagere Chrome Dore Et Verre
Design 1970 Willy Rizzo Petite Etagere Chrome Dore Et Verre

Design 1970 Willy Rizzo Petite Etagere Chrome Dore Et Verre

Petite bibliothèque ou étagères du début des années 1970 à structure en métal chromé doré, et différentes tailles de plateaux de verre. Hauteur de l'étagère centrale est ajustable. Attribuée au travail de Willy Rizzo. 82 cm de hauteur x 100 cm de largeur x 37 cm de profondeur , à vue.

En très-très bon état vintage, 1 plaque en verre présente un micro éclat sur un de leurs coins, invisible quasiment. Envoi possible dans toute la France , merci de me contacter avant d'enchérir pour plus de détails. Cet objet est sur d'autres platformes de vente et peut être retiré. Pour tout amateur des travaux de Knoll , René Gabriel, Jacques Adnet, Jacques Quinet, Marcel Breuer , Ludwig Mies van der Rohe , Eero Saarinen, Isamu Noguchi, Frank Gehry et Ross Lovegrove, Charles et Ray Eames, Charlotte Perriand, Jean Prouvé, Le Corbusier, Mathieu Matégot , Franco Albini , Marco Zanuso , Gio Ponti etc... Comme le raconte si bien le designer, tout commence dans un salon de coiffure, situé Piazza di Spagna à Rome, à la fin de lannée 1966.

Pendant que sa femme Elsa se fait coiffer, ils discutent tous les deux de leur installation en Italie, où leur carrière respective les amène si souvent. Willy aime ce quartier, il demande au coiffeur sil y a, à proximité, une agence immobilière. « Bien sûr, juste au coin de la rue mais vous aurez besoin dun miracle pour trouver un appartement».

Et le miracle sest produit sous la forme dun deuxième étage occupé par un fabricant de chemises avec vue sur la Piazza di Spagna. Cétait un local commercial dune pièce très abandonné, sans arrivée deau et pratiquement inhabitable. Il signe sur le champ un contrat de location de six mois et retourne triomphant au salon de coiffure, le tout en 45 minutes. Avec un groupe dartisans du quartier, Willy transforme ce local en appartement. Il veut des murs bruns et or, une cuisine toute couleur dargent, des sols et des plafonds noirs.

Ensuite, il conçoit des meubles : sofas, tables basses, consoles, meubles hi-fi et tout le reste. Le résultat est très chic. Willy Rizzo na jamais eu lintention de devenir un designer de meubles, simplement ses amis ont vu ce quil avait fait dans son appartement et sont tombés amoureux de son mobilier. Et comme il avait beaucoup damis dans la mode, le cinéma, les commandes affluèrent.

Lun de ses premiers clients est Ghighi Cassini, chroniqueur social du journal American Hearst qui inventa la formule "Jet Set" pour décrire lunivers et le style de vie que Fellini a immortalisé dans la Dolce Vita. Cassini souhaitait un appartement moderne dans un Palazzo classique. Willy Rizzo a toujours aimé les belles choses, les belles antiquités, il a su créer un mobilier contemporain qui sintégrait parfaitement avec lancien. Cette commande en a appelé dautres, de toute la Jet Set et haute société italienne fortunée. De célèbres playboys comme Rodolfo Parisi, Gigi Rizzi et Franco Rapetti ont fait également partie de sa prestigieuse clientèle, tout comme les réalisateurs Vincente Minnelli, Otto Preminger. Salvador Dali lui a commandé plusieurs pièces ainsi que Brigitte Bardot pour lintérieur de la Madrague à Saint-Tropez. Il a meublé des appartements daristocrates dans le Palazzo Borghese et le Palais Ruspoli.

Le style Rizzo marquait une époque. Considéré comme le designer de la Dolce Vita, il lincarnait aussi.

La demande était telle quen 1968, il décide de monter sa propre société. Il installe ses établissements à lextérieur de Rome, à Tivoli où son équipe passe de 8 employés à 150. Les années suivantes il crée plus de 30 meubles, tables en acier avec plateau en travertin, lampes de table en bronze, tout fait main.

Ses meubles sont contemporains dans le style et toujours à base de matériaux naturels et nobles comme le bois, le marbre, lacier inoxydable, le laiton, le sanglier. Il ouvre une boutique Willy Rizzo, rue du Faubourg Saint-Honoré, ensuite plusieurs en France et en Europe ainsi que des points de vente à New York, Miami et Los Angeles. Ses créations sont publiées dans de nombreux magazines et font au moins quinze fois la couverture de Maison et Jardin.

En 1978, Willy vend et retourne à son premier amour, la photo. « Je nai jamais essayé de devenir un businessman et je commence à mennuyer. Ma vie bohème de photographe me manque », dira-t-il.

Durant ces 10 années, Rizzo, grand admirateur de la sophistication de Mies van der Rohe, du Corbusier et de Ruhlmann, a développé un style très facilement reconnaissable aujourdhui. Ces pièces ont des lignes simples avec des formes géométriques bien marquées dans des matériaux minutieusement choisis, marquetés en chrome et laiton. Il est toujours resté fidèle à lutilisation traditionnelle des matériaux propres aux artisans, évitant de rentrer dans le système de la production de masse et le plastique qui était dans lair du temps.

Le style a dabord été défini par ses clients et les intérieurs à décorer. Le confort, la solidité et la praticité sont également des éléments importants.

Cest ainsi que les sofas modulaires étaient luxueusement recouverts de peau et équipés dun panel de contrôle qui commande la lumière et le volume de la stéréo. Les portes de son appartement souvraient et se fermaient en claquant dans les mains. Et les tables basses étaient dotées dun bar.

Comme on a pu dire que ses photos sont belles car elles ont une simplicité rare, on peut dire que ses meubles fonctionnent parfaitement dans des décors contemporains car ils ont une simplicité élégante et une raison dêtre. Loriginalité de ses meubles vient de son indépendance de créateur qui na jamais copié ou collaboré, ce qui explique ce style marquant et si différent.

Certains de ses meubles ont été exposés à New-York au Metropolitan Museum, plus récemment à la galerie Mallett sur Madison et à Londres chez Paul Smith. Ses photographies ont été publiées dans le livre Star Society en 1991, chez Schirmer-Mosel, et dans Mes Stars, chez Hachette-Filipacchi en 2003, en attendant une exposition consacrée à des photos de guerre au Musée Niepce à Chalon-sur-Saône. Comment est né cet intérêt pour le mobilier jusquà se lancer dans la création et le design?

Comme pour la photographie, jessaie de faire en sorte que mes meubles aient une originalité, quelque chose en plus, un gadget parfois. Jaime mon travail : les photos me donnent une satisfaction rapide, surtout maintenant avec le numérique. Pour le design, cest beaucoup plus long. Quand le dessin millimétré est prêt, il faut un long moment pour apprécier le meuble. Entre lidée du meuble et la production finale, plusieurs mois se passent.

Une fois fini, il demande toujours quelques corrections visuelles, car je suis avant tout un visuel. Je suis un photographe qui fait des meubles. Comment qualifieriez le style Rizzo? Les meubles que je crée, on les aime ou on ne les aime pas mais ils sont originaux. Avant, il y avait les meubles suédois, mais ils ne me convenaient pas, ni en confort ni en lignes.

Cest pourquoi jai créé mes meubles. En 1967, mon style a marqué un grand changement en Italie dans les lignes, puis très vite jai vendu mes meubles en France, en Amérique et en Europe du Nord. Toute physionomie despace donne lidée dun meuble différent. Par exemple dans lappartement de mes amis Cassini, une pièce était ronde alors jai créé ma première table ronde. Que deviennent aujourdhui les mobiliers Willy Rizzo? Certains de mes meubles sont réédités en petites séries, parfois avec de légères modifications dues à lévolution de lil. On les trouve à New York, chez Mallett, à Londres, chez Paul Smith et à Monaco, à lOpéra Gallery. Nous combattons les contrefaçons et les copies, avec laide, heureusement, des nouvelles lois. Les copies sont souvent faites avec de mauvais matériaux et de fausses mesures. Cest pourquoi mes meubles sont signés et toujours accompagnés dun certificat dauthenticité.

Dans ce domaine aussi, avez-vous encore des envies de créer? Oui, nous avons un bureau détude le Studio Willy Rizzo, où nous venons de créer une nouvelle lampe, une commode, une table de chevet et pour Mallett, un cadre.

Jai rencontré Willy à Milan lors dun dîner organisé par... Depuis, nous sommes devenus dexcellents amis. De plus, Willy « looks just like my father ». Nous nous rencontrons régulièrement, et nous plaisantons sans cesse. Je le provoque tout le temps sur les paparazzi. (« I tease him all the time, I make fun about him and his paparazzi way »).

Jaime dans les photos de Willy une certaine touche française, notamment dans la direction artistique. Je le considère comme un immense photographe et jadmire non seulement son oeuvre mais aussi sa carrière. L'item "DESIGN 1970 WILLY RIZZO PETITE ETAGERE CHROME DORE ET VERRE" est en vente depuis le dimanche 21 avril 2019.

Il est dans la catégorie "Art, antiquités\Meubles, décoration du XXe\Art déco\Tables". Le vendeur est "djam2021" et est localisé à/en Finistere. Cet article peut être expédié au pays suivant: Europe.
Design 1970 Willy Rizzo Petite Etagere Chrome Dore Et Verre